Semaine de stage collectif

Nous avons réalisé une semaine de stage collectif sur le thème « Produire sain pour manger sain ».

Pendant cette semaine, nous sommes allés sur différentes exploitations agricoles qui produisent différemment les unes des autres.

Nous avons visité plusieurs types d’élevage et de production  (bio,  traditionnel, ferme laitière, élevage bovins, ovins et volaillers).

On nous a démontré à travers cette semaine qu’il y avait plusieurs façons de produire dans le massif jurassien (Doubs, Jura et Suisse proche). Une super semaine pour nous tous 🙂

Vous voulez en savoir plus sur cette semaine de stage, consultez donc le lien ci-dessous :

Compte-rendu de la semaine de stage :

Cliquez ici ! 

 

Visite d’une ferme en Suisse voisine : Exploitation Menoud FRERES

 

La ferme de Menoud
MENOUD FRERES – Val de Travers (Suisse)

Durant la semaine de stage collectif nous sommes allés visiter la ferme de Menoud en Suisse voisine.

Une occasion pour nous de découvrir d’autres pratiques agricoles que celle que nous connaissons dans notre région.

Cette exploitation située dans le Val de Travers (Ch) dispose de nombreux atouts.

Pour vous donner une petite idée sur la structure, Axel vous propose une petite présentation de l’exploitation agricole.

Cliquez ici : http://www.calameo.com/read/00505893231f809773ec3

Bonne lecture 🙂

 

Visite du marché aux bestiaux : foirail de la Chambrière

Mardi, la classe de seconde pro s’est rendue au Marché aux bestiaux de Bourg-en-Bresse.

Le Foirail de la Chambrière près de Bourg-en-Bresse est un marché d’animaux qui accueille des négociants tous les mardis matins.

Les animaux commercialisés : images personnelles

Photographie personnelle
  Taureaux
Image personnelle
Veaux
foirail2
Chevaux

 

 

 

 

 

 

 

Chaque année, près de 130.000 animaux sont commercialisés sur ce marché qui est le plus grand marché de France. on y trouve des veaux, des broutards, de gros bovins, des chevaux et des vaches de réforme pour la viande bouchère…

Les animaux sont déclarés quand ils arrivent au marché. une dame vérifie les cartes des animaux (rose, verte). un vétérinaire passe vers les animaux pour faire des prises de sang.

Il y a 600 cases pour 2000 animaux, les cases sont paillées pour leur « bien-être ».

Il y a 35 % de veaux, 35% de broutards et le reste des animaux est destiné à produire de la viande bouchère.

Il commercialise 99% de bovins avec seulement 500 chevaux par an. Avant il faisait des moutons mais ils ont abandonné cette commercialisation. Ces animaux sont vendus principalement en France, certains négociants sont néanmoins spécialisés sur la zone « Espagne ».

L’intérieur du Foirail Image personnelle

C’est un marché de « gré à gré » c’est-à-dire que les transactions sont conclues directement entre le vendeur et l’acheteur (négociant).

Pour plus de détails vous pouvez consulter le diaporama :

Cliquez ci-dessous

 http://fr.calameo.com/read/0050589324dcaaba07c36

Article écrit  par Océane Vauchy et diaporama réalisé par Clément Lourenco 🙂

 

Visite d’une AMAP : Le radis qui pique

Le radis qui piqueLa classe de seconde CGEA s’est rendue au « Radis qui pique » chez Bénédicte Masnada. Cette gérante d’une exploitation maraîchère à côté de Bracon nous a gentiment accueilli ce jeudi après-midi (06 /10/16). Cette AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) en culture biologique a été créée il y a cinq ans (en 2012).

Ce choix implique de respecter la charte bio (pas d’engrais chimique, pas de désherbant)

Pour s’installer, Bénédicte a pu bénéficier d’aides (DJA : 26 000 euros, Leader : 13 000 euros).

Elle exploite une parcelle de 2 ha et demie dont 1,2 ha de culture « sous serre »

Des parties de son terrain sont laissés en jachère. Elle pratique aussi des cultures tournantes (jamais les mêmes légumes plantés au même endroit).

Les légumes proviennent de variétés anciennes (tomates, poireaux, salades etc.).

Les engrais sont biologiques comme le fumier de bovins, de poules et des engrais verts (moutarde).

Les légumes sont vendus en vente directe à la ferme et à Pontarlier dans l’AMAP « Le panier de Jeanne ». Elle commercialise des paniers de différents légumes à 15 euro l’unité. Elle gagne 600 euros par mois de prélèvement privé.

Pendant cette journée nous avons retiré les bâches des légumes. Nous avons ensuite arraché des poireaux, des betteraves rouges, et puis nous avons préparé des paniers.

Quelques explications de notre journée sur la présentation proposée par Anthony : 

Cliquez ci-dessous :

https://fr.calameo.com/read/005058932965c15ca0536

 

 

Swiss Expo 2017

Photo Swiss Expo
Une belle équipe !

 

 

 

 

 

 

 

Vue par 2 élèves de la classe seconde CGEA du Lycée Lasalle de Levier /

Le 12 janvier 2017 , les  élèves de 2nde Pro sont allés à la « Swiss-Expo »  à Lausanne.

Le salon Swiss-Expo est le Salon International de Suisse. Il est situé au parc des expositions de Lausanne et se déroule tous les ans, début janvier. Ce salon  programme des présentations de vaches et génisses pour concours, il présente également différents matériels, outils pour le bien-être des animaux. On peut y trouver des restaurants et des  fast-food régionaux.

Nous y sommes allés car nous avons étudiés en cours toutes les parties de la vache, le bien-être des animaux et ce qui s’ensuit. Ce fut une bonne journée d’échanges avec les représentants des différents stands exposants de matériel et accessoires agricole, ainsi qu’avec les éleveurs. Grace à ces rencontres, nous avons pu apprendre des choses, prendre des notes et nous documenter. En conclusion de notre sortie nous avons dû réaliser différents comptes rendus donnés par les profs suivants le thème abordé en cours 🙂

http://www.swiss-expo.com/index.php/fr/
http://www.swiss-expo.com/index.php/fr/

 

Mannequin Challenge

La classe de seconde CGEA a participé à un projet « Mannequin challenge ».

Ce travail avait pour objectif de faire découvrir notre futur métier et ses activités quotidiennes à travers un clip vidéo.

Le mannequin challenge consiste à maintenir une position stable et immobile tout en exprimant ses sentiments grâce aux expressions du visage (joie, tristesse, énervement …).

Le Mannequin Challenge est né des réseaux sociaux. Il vient de Floride, et plus particulièrement d’un groupe de jeune lycéen qui a produit une vidéo en octobre 2016, figurant immobiles tels des mannequins.
Contre toute attente cette vidéo a fait un véritable buzz.

Cette technique a été reprise par de nombreux lycéens tout comme nous 😉

Vous voulez visionner notre film, alors, cliquez sur le lien ci-dessous  https://drive.google.com/file/d/0ByK70lvV4Yr4cDhUWVYtYWNabkE/view

Clip réalisé sur une musique de Black Beatles, Rae Stremmurd Feat. Gucci Mane.

Article proposé par Axel et Clément

 

 

L’évolution du matériel agricole du XIX siècles à aujourd’hui en Franche-Comté

    En Franche-Comté les principaux travaux sont les vendanges dans le Jura, les moissons en Haute-Saône mais le travail principal reste les foins pour nourrir les vaches montbéliardes. Pour la production du lait à comté, dans les fermes, il faut un matériel très particulier.

 
 
LES MOISSONS
XIXème siècle 

    Les agriculteurs francs-comtois ont toujours fait des céréales dans le département du Jura et de la Haute-Saône. Au XIXème siècle, les céréaliers se servaient beaucoup d’outils en bois, tractés par des chevaux comtois. Les premières batteuses à vapeur sont arrivées au cours de la révolution industrielle.  Ces machines servaient a récolter les céréales (Blé, orges) pour nourrir le bétail, et récolter la paille pour les litières du bétail.

 

Barre de coupe photo personnel
Batteuse
Batteuse, photo personnelle
 
 
XXIème siècle

 

Presse à bottes carrés                      terre-  net.fr

    Aujourd’hui, moissonner et battre la paille ne se fait qu’avec une seule machine, la moissonneuse -batteuse. La paille est ramassée avec une presse tirée par un tracteur. Maintenant le rendement de graines est passé de 10 quintaux (1 Tonne) de graines à l’hectares à 90 quintaux (9 Tonnes) de graines à l’hectare. En plus du blé et de l’orge, on cultive aussi du seigle, du triticale et du maïs en grain.

 

 

 

Moissonneuse batteuse lamericaclub.blogspot.com

 

 
LES FOINS
XIXème siècle 

  

Faneuse
Faneuse
Andaineur
Andaîneur
Fourche, rateau et petits outils.
Fourche, râteau et petits outils.

    En Franche-Comté les foins ont toujours été le travail principal. Au XIXème siècle le travail était effectué soit à la main, soit avec des chevaux. Ce travail consistait à faucher de l’herbe, la faire sécher et la stocker pour nourrir le bétail durant l’hiver.

 

XXIème siècle
2
Fanneuse               jo-ber.net

 

3
Autochargeuse      sainteyviere.free.fr

 

1
Faucheuse         passion-photo-agri36.e-monsite.com

 

 

 

 

 

 

 

    Aujourd’hui, les foins se font avec des tracteurs et des machines modernes, des faneurs, des faucheuses rotatives. Le travail est toujours le même mais il est plus facile grâce à la modernisation de l’agriculture.

 

 
LE TRANSPORT DU LAIT
XIXème siècle

 

img140
Chariot à lait photo personnel
img132
Âne transportant du lait photo personnel

 

 

 

 

 

    Au XIXème siècle, une fois la traite terminée, les agriculteurs apportaient le lait aux fromagers dans les chalets à fromage soit à pied, à dos d’âne ou certaines fois à l’aide d’un cheval.

 

 

 

XXIème siècle :

 

 

4
Camion laitier autoline-eu.fr

    Aujourd’hui le lait est ramassé toute les nuits par un camion laitier qui fait une tournée globale de toute la coopérative.
Quand il arrive à la fromagerie, il est transvasé dans une cuve, et le fromager va s’en servir pour la fabrication du comté.

 

 

 

 

 

  

LES VENDANGES
XIXème siècles
5
panier à raisin        tompress.com

 

img130
Chariot à vin photo personnel

 

 

 

 

 

 

 

    Pour ramasser le raisin dans les vignes, les vignerons Jurassiens se servaient de paniers artisanaux en bois. Après la transformation du raisin en vin, les vignerons le transportaient dans des tonneaux sur des charrettes.

 

 

 

 

XXIème siècles

 

7
Panier à vendanges    binbinfoudevin.wordpress.com
6
Vendangeuse    data.abuledu.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Aujourd’hui, les paniers pour ramasser le raisin sont en plastique et fabriqué industriellement. Certains vignobles se servent de machines modernes qui ramassent le raisin automatiquement.
A cause de la pollution des vignes, de plus en plus de vignerons essaient de revenir aux vendanges artisanales.

Article proposé par Samuel

 

Bienvenue !

Le site des élèves du lycée agricole et technologique privé LaSalle de Levier vous permet un aperçu de la vie de l'établissement.

 

Bonne visite, et n'hésitez pas à nous laisser vos commentaires et encouragements !

 

 

En cliquant sur "plan du site" tout en bas de la page, vous pourrez voir la liste de tous les articles du blog et ainsi choisir plus facilement !

Partagez notre site !